partager sur facebook

Le Pr Florent Soubrier est nommé Directeur Général d’ICAN

 

Centre d’excellence scientifique et médicale dans le domaine des maladies cardiométaboliques, l’Institut ICAN accueille comme nouveau directeur général, le Pr Florent Soubrier, professeur de génétique et jusqu’alors responsable du département de Génétique du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière-Charles Foix. ICAN est un IHU dont les trois fondateurs sont l’UPMC-Sorbonne Universités, l’APHP et l’INSERM.

 

Le Professeur Florent Soubrier prend la Direction Générale d’ICAN résolument engagé dans la médecine du futur – médecine de précision, médecine numérique… – pour les maladies cardiométaboliques (maladies cardiovasculaires, diabète, obésité, dyslipidémies…). Liées à des facteurs génétiques et environnementaux, ces maladies constituent un enjeu majeur de santé publique. Selon l’OMS, environ 1,5 milliard d’adultes présentent des risques de graves complications métaboliques et/ou cardiaques. Les pathologies cardiaques restent parmi les principales causes de mortalité (15 millions de morts par an dans le monde).

 

L’institut ICAN est aujourd’hui l’un des principaux centres d’excellence français relevant les défis posés par ces maladies. Impliqué dans la réussite d’ICAN depuis sa création en 2011, notamment au travers de sa participation au comité stratégique, Florent Soubrier succède au Professeur Karine Clément qui dirigeait cet institut à rayonnement mondial depuis sa création. Il met au service d’ICAN à la fois sa connaissance de ces maladies et sa perception de la richesse de la recherche partenariale et multidisciplinaire. Florent Soubrier a en effet été à l’origine de nombreux travaux sur le système rénine-angiotensine, régulateur de la pression artérielle, et sur la génétique de l’hypertension pulmonaire. Parmi ses multiples fonctions de direction, il a notamment été Directeur du réseau national des Génopoles, et conseiller de la direction générale de l’Inserm.

 

Pr. Florent Soubrier, (c) ICAN, Pascal Tournaire

« Je suis enthousiaste de me voir confier ce nouveau défi à la direction d’ICAN où l’excellence scientifique et médicale est à la base de chaque projet. La force d’ICAN repose sur l’approche translationnelle innovante de ses équipes médicales et de recherche expérimentale dans les domaines de la cardiologie, du métabolisme et de la nutrition. ICAN a pour vocation de dynamiser les interactions entre ces équipes et de promouvoir des partenariats avec les industriels, depuis la start-up jusqu’aux grands groupes pharmaceutiques », souligne le Pr Florent Soubrier.

 

Une recherche de pointe en Europe

 

Un des grands projets soutenus par l’IHU est le consortium européen MetaCardis. Lancé en 2012 par Karine Clément, il s’attache à déterminer le rôle du microbiote (micro-organismes de l’intestin) dans les maladies cardiométaboliques, en utilisant l’approche métagénomique (analyse massive de l’ADN pour déterminer la présence et la quantité des micro-organismes). L’objectif est d’analyser l’impact des changements quantitatifs et qualitatifs de la flore intestinale sur la pathogénèse des maladies cardiométaboliques et les co-morbidités associées. Ce consortium rassemble des centres d’excellence européens, au total, 14 partenaires de six pays différents.

 

« Les données collectées sur plus de 2000 patients atteints de différentes pathologies – syndrome métabolique, obésité, diabète de type 2, coronaropathie, insuffisance cardiaque… – sont analysées. Cette masse de données cliniques, biologiques, génétiques et d’imagerie va pouvoir être intégrée dans une analyse globale grâce aux méthodes intégratives basées notamment sur l’intelligence artificielle. La médecine numérique est l’un des enjeux majeurs d’ICAN car nous bénéficions d’un laboratoire de biologie computationnelle qui travaille en lien étroit avec notre université et qui peut intégrer l’ensemble des données des patients pour en tirer de nouvelles relations causales dans les maladies ou encore des scores de risque associés à des marqueurs. Je compte aussi exploiter dans le cadre de partenariats toutes les possibilités des dispositifs connectés pour innover dans la prise en charge des patients », indique le Pr Florent Soubrier.

 

Une dynamique d’innovation

 

Ce programme de recherche ambitieux est un exemple du dynamisme de l’IHU ICAN. Depuis sa création, plus de 150 projets de recherche ont été déployés en interne ou en collaborations, et près de 20 brevets ont été déposés. Tous ces projets sont portés par le pôle cœur et métabolisme de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière avec 8 unités de soins, par les 14 équipes de recherche de la Pitié-Salpêtrière, du Centre de Recherche des Cordeliers et du Centre de Recherche de Saint-Antoine, soit 400 personnes dédiées à la recherche. Ces équipes travaillent ensemble pour mieux traiter les patients affectés par les maladies du cœur, du métabolisme et de la nutrition, tout au long de leur évolution.

 

L’IHU ICAN a également collecté plusieurs cohortes de patients, a developpé un plateau d’investigation clinique, une plateforme d’exploration biologique, un Centre de Ressources Biologiques, et un laboratoire de biologie computationelle. Plusieurs industriels sont partenaires d’ICAN, des grands groupes multinationaux comme Sanofi et Danone, ainsi que des PME telles Echosens ou Multiplicom.

 

Les grands projets de recherche partenariale avec des acteurs académiques sont menés en parallèle avec des projets phares impliquant des industriels. La force d’ICAN est d’équilibrer ces projets académiques et industriels avec un objectif ambitieux identique : trouver des solutions innovantes pour les patients.

 

Contact Presse : Agence de presse PRPA

Isabelle Closet – Danielle Maloubier

isabelle.closet@prpa.fr – 01 77 35 60 95 – Danielle.maloubier@prpa.fr – 01 77 35 60 93

 

Télécharger le communiqué de presse ici