partager sur facebook

Marat est-il vraiment mort ?

 

Accessible, scientifique, excentrique, l’application mobile “La Visite Médicale” est une toute nouvelle façon de consulter les œuvres d’art et se faire croiser les disciplines.

 

 

Paris, France, 5 october 2017: Les médecins voient des patients à la maison ou à l’hôpital. La façon dont les médecins regardent le monde est conditionnée par des années de formation, de longues nuits blanches et une confrontation quotidienne avec la maladie. Leur œil aiguisé a été formé pour chercher des détails, des signes et des motifs. Donc, lorsqu’ils visitent des musées, les œuvres d’art peuvent inspirer des anecdotes ou des commentaires assez originaux.

Avec la sortie de la nouvelle application gratuite “La Visite Médicale” pour Android et iPhone, le Dr David Rosenbaum de l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC Paris 6) et l’Institut ICAN à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, en collaboration avec l’entreprise Artips à Paris, vous invitent à vous promener à travers le Louvre.

Accompagnés par des spécialistes de l’art et des médecins, les utilisateurs de l’application vont à la rencontre d’une série d’œuvres d’art du musée du Louvre qui stimulent et provoquent des questions. Les médecins de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière vous invitent à interpréter la scène, La santé du sujet représenté est-elle menacée ? Quels indices visuels orientent votre pensée ? Des diagnostics possibles pourraient-ils être donnés compte tenu de l’environnement? Les utilisateurs découvrent en écho des anecdotes captivantes et ludiques au sujet des œuvres d’art, des artistes, et du contexte historique, spécialement rassemblées pour cette application par l’équipe d’Artips.

Que vous inspire le terrible spectacle de Marat inanimé ? Contemplation de la mort, violence de l’acte et du sang répandu ou incongruité de la posture et de la baignoire ?  Resterez-vous tétanisés ou bien vous précipiterez-vous pour vérifier qu’il est bien mort, lui prendre le pouls, chercher une respiration et appelez à l’aide ? Savez-vous utiliser un défibrillateur automatique ? L’application «  la visite médicale »  permet ainsi d’aborder différentes visions d’un même tableau. Elle permet en passant d’apprendre au grand public des gestes qui peuvent sauver.

 “C’est la première application de ce genre en France et elle élargira l’excellente formation déjà reçue par nos jeunes médecins” déclare le Dr David Rosenbaum. Cette application est gratuite et restera sans publicité. Il poursuit “Cette application vise à briser les barrières entre les disciplines, en présentant des œuvres d’art avec deux points de vue différents, à la fois artistique et médical”.

Les étudiants et les médecins utilisant de plus en plus de la technologie et des tests biologiques, il est crucial de remettre la médecine de ses perspectives humaines originelles et du contexte historique et sociologique.

Les trois principaux objectifs de cette nouvelle application sont de :

  1. Créer un dialogue entre deux disciplines pour fournir un moyen accessible, scientifique et décalé de regarder l’art
  2. Présenter et simplifier les connaissances médicales et artistiques d’une manière amusante
  3. Former de jeunes médecins, en particulier dans l’art de l’observation

Cette application a été développée de telle sorte que vous n’avez pas besoin d’une formation médicale experte pour apprécier son humour et ses réflexions. Un must pour toute personne désireuse de découvrir un autre côté d’une œuvre d’art bien connue.

L’application vise également à soutenir l’éducation médicale avec de brèves notes de révision liées à des œuvres d’art pertinentes; ainsi, l’étudiant en médecine est confronté à deux mondes convergeant, artistique et médical, l’encourageant à voir vraiment l’art avec une perspective analytique totalement nouvelle.

Le Dr Rosenbaum a d’abord été inspiré lors d’une formation aux États-Unis, où il a observé la fusion des arts et des disciplines médicales. Depuis les années 80, les jeunes médecins suivent des cours dans les musées pour “entraîner les yeux”. Cette activité est scientifiquement reconnue pour améliorer les pouvoirs d’observation des médecins, pour accroître la compassion, et pour avoir une plus grande chance de diagnostiquer correctement.

L’élaboration de l’application est née d’un partenariat entre l’Université Paris 6 et le Musée du Louvre. Depuis plusieurs années, les étudiants de 4ème année de l’Université de Médecine Paris 6 participent à un programme biannuel du Louvre nommé “Les jeunes ont la parole” dans lequel le public peut discuter avec des étudiants de diverses disciplines et obtenir un point de vue entièrement nouveau sur les œuvres d’art. Le Dr Rosenbaum fournit également une formation pour améliorer les compétences en matière d’engagement, d’observation et de communication des élèves en discutant des tableaux avec des groupes d’étudiants et avec des spécialistes. “Nous espérons qu’ils puissent capitaliser sur ce qu’ils apprennent dans l’art pour être de meilleurs médecins au chevet du patient” souligne le Dr Rosenbaum.

Le Professeur Alexandre Duguet, vice-doyen en charge de la formation à l’Université Paris 6 et le Dr Rosenbaum ont décidé d’apporter cette expérience unique à un public plus large. Artips, avec son approche intelligente et originale de l’art, était le partenaire idéal pour cette initiative. Fusion de l’art et de la médecine et aide à la révision, cette application gratuite et  ludique apporte un double regard  sur  certaines œuvres  du Louvre. Elle offre des points de vue inédits aux étudiants de toutes les disciplines.

 

Télécharger l’application gratuite en version Apple ou Android ici.

Télécharger le Communiqué de Presse ici.

 

À propos d’ICAN :

ICAN, l’Institut de Cardiométabolisme et Nutrition (http://www.ican-institute.org), a été inauguré en novembre 2011 et est une des six prestigieuses fondations de coopération scientifique. Le financement a été accordé par le Programme Français des Investissements d’avenir, dans le cadre d’une initiative unique visant à faire face aux problèmes de santé d’une importance majeure en Europe et dans le monde entier. Les membres fondateurs d’ICAN sont l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) et l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Il est maintenant largement admis que des troubles tels que l’obésité, le diabète ou les maladies du foie n’existent pas isolément, mais résultent en réalité d’un dysfonctionnement des réseaux complexes intégrés du corps humain. Par exemple, la composition du microbiote intestinal peut influencer les constantes cardiovasculaires, l’excès de graisse peut agir comme un organe inflammatoire, affecter la tolérance au glucose ou affecter la fonction nerveuse. Nous sommes plus que jamais conscients des constantes régulations complexes nécessaires pour maintenir la santé et l’homéostasie grâce à ces systèmes intriqués et équilibrés.

Pour faire face à ces maladies sociétales majeures, ICAN mène une recherche translationnelle interdisciplinaire dans le domaine du cardiométabolisme et de la nutrition, dans le but final de développer une médecine de précision. Situé au sein de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, le plus grand hôpital en France, ICAN bénéficie de l’expertise de 13 équipes de recherche dont 120 chercheurs, et plus de 100 cliniciens de différents domaines, pour générer des découvertes dans les pathologies actuelles et les paradigmes de traitement.

Contact ICANRachel PEAT 

 

À propos d’Artips :

Chez Artips, participer à cette aventure était une évidence.

  • Entendre les étudiants en médecine raconter leurs propres histoires au Musée du Louvre, nous a beaucoup émus. Nous avons alors découvert que d’autres spécialistes avaient à cœur, comme nous de transmettre leur « art » avec des mots simples et captivants.
  • Composer le dialogue sur chaque œuvre avec ces médecins en herbe et le Dr Rosenbaum, a été, pour notre équipe d’historiens de l’art, une ouverture et un enrichissement rares.
  • Œuvrer au décloisonnement entre les disciplines est notre credo depuis 4 ans comme le témoignent les thématiques de nos newsletters et de notre plateforme de culture générale, ou la pluralité des profils de notre équipe (historiens de l’art, scientifiques, ingénieurs, spécialistes du marketing digital). Avec La Visite médicale, nous avons eu le sentiment d’ouvrir des portes, de bâtir des ponts que chacun peut désormais franchir, novices, curieux ou spécialistes.

Nous espérons que l’enthousiasme de nos deux équipes réunies sera contagieux.

En savoir plus sur Artips :

Artips, une dose d’art au quotidien. C’est l’histoire d’une simple newsletter devenue LA marque de référence de la culture générale accessible en ligne.

Créé en 2013 par Coline et Jean, Artips est le média culturel en ligne qui parie sur une culture générale accessible à tous. Pour cela, Artips propose un rendez-vous original entre l’art et le public, au moyen d’une sélection de contenus décalés et mémorables, mais aussi en facilitant l’accès du public à la connaissance. Ses newsletters « Artips », consacrées à l’histoire de l’art, « Musiktips », son pendant musical et « Sciencetips », sa nouvelle venue scientifique ont déjà convaincu plus de 600 000 abonnés.

L’aventure Artips se poursuit aujourd’hui autour d’une plateforme de culture générale pour diffuser la culture et ses plaisirs au plus grand nombre et permettre à tous d’en acquérir les bases.

Contact Artips : Amélie DE RONSERAY

 

À propos de l’UPMC :

L’UPMC est l’héritière directe de la faculté des sciences de la Sorbonne. Elle est leader en France en sciences et en médecine. La recherche à l’UPMC s’étend du fondamental à l’appliqué et mobilise tous les domaines de la connaissance. L’université explore les enjeux majeurs du développement durable en santé, changement climatique, eau, biodiversité, et énergie et des communications. Acteur clé du développement de la connaissance et de l’innovation, elle soutient les résultats de la recherche avec la SATT Lutech, Agoranov (incubation de starts-up) et Quadrivium (capital risque). Elle dispose d‘instituts exceptionnels en vision, neurosciences, maladies dégénératives, maladies cardiaques liées au métabolisme, immunologie et maladies infectieuses, cancer et santé publique. Elle fait partie de la communauté d’établissements Sorbonne Universités. Chiffres clés : 34 000 étudiants, 10 100 personnels, 100 laboratoires de recherche, 7 300 publications par an (environ 11 % de la publication en France). Prix et distinctions : prix Nobel de physique 1997 et 2012 ; prix Henri Poincaré 2012 ; médaille Fields 1994, 2010 et 2014 ; médailles d’or CNRS 1996, 1998, 2009, grand Prix Inserm 2007 ; Prix Irène Joliot-Curie 2007 et 2011 ; 16 ERC 2008-2013 ; plus d’un quart des membres de l’Académie des sciences sont UPMC.