partager sur facebook

Retour d’expérience de l’échange franco-canadien du réseau CMDO

 

 

Dans le cadre de notre échange avec le programme @rrcmdo 5 de nos jeunes chercheurs sont partis au Canada afin d’assister à la réunion scientifique annuelle de la #SQLNM qui s’est déroulé du 5 au 7 février 2020. Voici leur compte rendu :

 

Vendredi 19h30. Après 16h de voyage, nous prenons nos quartiers à l’Hôtel Chéribourg, à Magog-Orford, dans les Cantons de l’Est près de Montréal. Tradition oblige, une poutine nous attend, ainsi que nos co-campeurs québécois qui nous accueillent avec entrain. Malgré les basses températures, la chaleur s’installe rapidement et notre soirée au coin du feu nous permet de faire rapidement connaissance.

 

Samedi 8h30. Début du camp. Nous mettons enfin un visage sur le nom de Lucien, qui nous a guidés ces dernières semaines à travers ses nombreux e-mails pour préparer notre arrivée. À partir de là s’enchaînent 4 journées intenses de conférences, d’ateliers, ainsi qu’une compétition fictive de lettre d’intention, qui nous enrichissent de nouvelles connaissances tant scientifiques que méthodologiques, mais aussi humaines. Nous avons la chance de rencontrer de grands noms de la recherche québécoise et d’échanger avec eux sur leurs parcours et leurs expériences. C’est l’occasion pour les doctorants parmi nous de prospecter pour des contrats post-doctoraux !

 

Lundi 18h. Départ pour la sortie raquette. On distingue les canadiens, équipés avec classe contre le froid, tandis que nous avons empilé trop de couches de vêtements, compte tenu de l’hiver relativement doux. Nous ne trouverons jamais le chalet qui nous attendait pour le pique-nique et finissons autour du feu de camp. Qu’importe, ce qui compte c’est la convivialité et la cohésion, et elles sont absolument exceptionnelles entre les co-campeurs.

 

Mercredi 8h15. Début matinal du congrès COLosSUS du CMDO et de la SQLNM. Nous sommes tous au rendez-vous pour soutenir nos co-campeurs français et canadiens qui présentent leurs travaux, que ce soit à l’oral ou en poster. La fleur de la recherche en cardio-métabolisme nous présente leur travail, avec un accent sur l’utilisation des nouvelles techniques de séquençage et de traitement de données. Les discussions passionnées vont bon train et les contacts continuent de s’établir, laissant présager de nombreuses naissances de collaborations. Le dîner du congrès le jeudi soir laisse place à la danse et à la musique et achève de nous convaincre de l’hospitalité québécoise !

 

Vendredi 16h. La tempête de neige qui fait rage depuis ce matin rend notre départ incertain. Il s’agit de la plus grosse depuis près d’un siècle ! Il semblerait que le Canada ne veuille pas nous laisser repartir… Ca tombe bien, on serait bien resté encore longtemps, si toutes les bonnes choses n’avaient pas une fin. Nous remercions l’ICAN pour cette expérience incroyable et espérons que ce programme continuera de nombreuses années !