partager sur facebook

Retour sur le conseil de l’IHU-ICAN du 29 juin

 

Le 29 juin dernier, l’ICAN a organisé un conseil de l’IHU. Ce conseil avait une saveur toute particulière car il a pu se tenir en présentiel ce qui a réjoui l’ensemble des participants.

Le conseil de l’IHU est une instance prévue par les statuts de l’ICAN. Il est composé du directeur général, du secrétaire général, du doyen de la faculté de médecine Sorbonne Université, des directeurs et responsables d’équipes des UMRs impliquées dans l’ICAN, du directeur médical du DMU Archimède, des chefs de service de ce DMU impliqués dans les activités cliniques de l’ICAN. Il a pour objectif de renforcer la cohésion interne de la communauté médicale et scientifique et de permettre une fluidité de l’information entre les équipes pour assurer une cohérence d’ensemble. Le conseil de l’IHU a donc pour vocation de permettre un échange et un partage sur les orientations stratégiques et la politique scientifique de l’IHU.

La première partie du conseil de l’IHU du 29 juin 2021 avait pour objectif de présenter le travail accompli depuis deux ans dans le respect de la trajectoire scientifique et financière définie lors du jury international de 2019. Cette nouvelle trajectoire s’appuie sur les forces vives de l’ICAN : son plateau d’investigation clinique, ses plateformes scientifiques innovantes, ses équipes de montage de projets et de valorisation.

Grâce à son travail rigoureux l’ICAN est désormais en pole position dans plusieurs domaines stratégiques en total cohérence avec les plans de relance du gouvernement. Les axes investis par les équipes de l’ICAN : le Big Data à travers le plan cohorte et des projets de recherche d’ampleur comme MAESTRIA ; l’imagerie grâce à l’achat d’une IRM de dernière génération qui fait d’ICAN Imaging la première et l’unique plateforme d’imagerie dédiée à la recherche sur l’Homme en cardiométabolisme en Ile-de-France ; les parcours de soins innovants intégrant des outils de e-santé et renforçant les liens entre la ville et l’hôpital, sont au cœur des préoccupations des pouvoirs publics et positionnent l’ICAN comme un partenaire incontournable de ces problématiques.

L’équipe de direction a également informé le conseil de l’IHU que l’ICAN est désormais totalement intégré dans l’alliance IHU France. Des collaborations entre les IHU et avec de grands industriels comme Dassault Système sont en cours de construction et l’ICAN est partie prenante dans l’élaboration des projets.

De plus, l’assainissement financier réalisé avec l’important travail de structuration des comptes pour mieux suivre les projets et la démarche qualité mise en place permettent un meilleur pilotage de la trajectoire financière

Toutes ces actions ont été complétées en début d’année 2021 par la création de la direction de la communication et du mécénat. Cette direction a pour vocation d’être un nouveau levier au service de la stratégie de l’ICAN.

L’IHU-ICAN a besoin d’être plus visible et plus lisible auprès de tous ses publics : collaborateurs, médecins et chercheurs, partenaires industriels et mécènes potentiels. Pour augmenter sa visibilité il est important de structurer la communication avec une plateforme de marque compréhensible par tous, visible et différenciante et de créer les supports de communication qui permettront de faire connaitre l’ICAN : rapport d’activité, plaquettes, site internet, kit de communication accessible à tous.

Une première partie présentant les projets en cours et les outils mis en place au service de la communauté, a permis de montrer que l’IHU-ICAN est tout à fait en ordre de marche pour répondre aux enjeux de santé publique que représentent les maladies du cardiométabolisme et de la nutrition, en menant des projets innovants entièrement dédiés au développement de la médecine de précision.

La seconde partie du conseil de l’IHU a été menée sous forme de débat afin de recueillir les suggestions des membres du conseil pour animer la vie scientifique de l’IHU-ICAN. Deux points majeurs ont émergé. Le premier est le besoin de créer plus de cohésion au sein de la communauté et de faire connaitre l’offre de service de l’ICAN à tous y compris aux jeunes chercheurs moins impliqués auprès de l’IHU. Le second partagé par une grande majorité est le besoin de recréer des moments de rencontre pour présenter les projets menés par les équipes cliniques et les équipes de recherche mais également pour travailler ensemble à la construction de projets communs. Le décloisonnement des disciplines passe évidemment par une meilleure connaissance des projets des uns et des autres.

De nombreuses idées ont été lancées pour favoriser ses rencontres : portes-ouvertes, séminaires scientifiques, workshop, points de rencontre dans les bâtiments qui abritent la communauté de l’IHU, intervention de l’ICAN lors de staff d’équipe, création d’un réseau d’ambassadeurs internes…

Il faut maintenant réfléchir aux meilleures solutions possibles pour améliorer la cohésion et favoriser les collaborations scientifiques. L’équipe de direction de l’ICAN travaille en ce sens et présentera début octobre des propositions concrètes afin de répondre aux besoins identifiés par le conseil de l’IHU.

Le conseil de l’IHU du 29 juin a été très productif. Il a permis à l’équipe de l’ICAN de faire le point sur les actions réalisées pour restructurer l’IHU et lui redonner toute sa place dans le paysage de la recherche sur le cardiométabolisme après l’arrêt des financements du PIA. Il a été également l’occasion de représenter l’offre de service de l’ICAN et enfin il a relancé le débat sur la vie scientifique au sein de la communauté de l’ICAN. Et autre point non négligeable il a permis de renouer avec les réunions en présentiel ! Nous espérons que ce format sera reproductible pour les prochains rendez-vous de la communauté.

 

Télécharger la présentation du conseil de l’IHU ici